· 

Comment sécuriser son site en cas de séisme ?

En France, depuis plus une trentaine d’années, le risque de tremblements de terre est fortement pris en compte dans les constructions de bâtiments. La règlementation a été révisée fin 2010 pour répondre aux exigences du nouveau code européen de construction parasismique, l’Eurocode 8. Elle s’impute aux bâtiments neufs et aux bâtiments déjà existants dont certains travaux peuvent modifier leur structure de façon substantielle. A savoir également que depuis le 1er mai 2011, la France dispose d’une nouvelle carte de zonage sismique qui s’accorde avec celle des Etats membres de l’Union Européenne.  Les conditions parasismiques réglementaires sont ainsi définies en fonction de deux critères : la localisation géographique (zones 1 à 58, en fonction de l’exposition au risque sismique) et la nature de l’édifice mise en œuvre. 

Pourquoi assurer la sécurité sismique des bâtiments ?

 

Tous les ans, près de 150 séismes possiblement dévastateurs et meurtriers, ont lieu dans le monde entier. La France, bien que considérée comme un territoire à sismicité modérée, n’est pas à l’abri de tremblements de terre ravageurs tels que celui de Lambesc datant de Juin 1909 et qui a fait 46 victimes. Egalement les Antilles, ont connu par le passé de violents séismes  (Guadeloupe – séisme du 21 novembre 2004).

Afin de surmonter ce préjudice, il est primordial d’anticiper les dangers et de limiter les dégâts éventuels. 

 

Le Plan familial de mise en sûreté (PFMS)

 

Le Plan Familial de mise en sûreté vise à réduite la vulnérabilité des personnes, grâce à une préparation efficace et en limitant les dommages résultant d’un séisme. Il aide également à la gestion du stress et à l’acquisition de gestes simples et rapides à mettre en place lors d’un tremblement de terre. 

 

Adaptez vos équipements au séisme : Il suffit d’identifier les dangers au sein de votre habitation et dans les lieux que vous fréquentez régulièrement et de fixer tous les appareils et les meubles lourds afin qu’ils ne soient pas renversés ou projetés. 

Organisez votre kit de survie : l’objectif est d’établir votre annuaire d’urgence pour vous informer ou pour appeler les secours et de composer votre kit de survie pour les premiers soins en cas de nécessité.

Repérez les points de coupure du gaz, d’eau et d’électricité. En cas de premières secousses, vous pourrez intervenir plus rapidement. 

Repérez les zones les plus sures dans chaque pièce de votre logement et dans les lieux que vous côtoyez tous les jours. 

  1. Conception et aménagement de votre habitation

La détérioration des bâtiments et leur effondrement dû aux mouvements des sols, sont la cause principale de nombreuses victimes lors d’un séisme. Il est donc primordial de bien renforcer les constructions déjà existantes, et de savoir bâtir des habitations et des immeubles de façon à ce qu’ils ne s’effondrent pas à la moindre secousse. 

Pour des habitations déjà existantes se trouvant dans une zone à risque sismique, il est fortement recommandé de réaliser un diagnostic de vulnérabilité par un professionnel de la construction parasismique. Cette évaluation permet d’identifier la résistance du bâtiment au séisme et de déterminer si des travaux sont à entreprendre pour aménager des éléments essentiels qui diminueront la fragilité de la construction face aux secousses sismiques. Ces aménagements ont pour intention de laisser le temps aux individus de se protéger, de retarder les effets du sinistre et de limiter les préjudices.

  1. Un exemple de construction parasismique : les portes de haute protection

 

  1. Qu’est-ce qu’une construction parasismique ? 

Une construction parasismique consiste en un ensemble de méthodes de construction permettant au bâtiment de résister à un niveau de secousses des séismes fixée par la loi. Il existe 3 activités de construction : 

  • L’étude des sols
  • La construction de bâtiments neufs parasismiques
  • Le renforcement de bâtiments déjà construits. 

 

Son dispositif est fondé sur 5 techniques de conception : 

 

  • L’implantation du site à construire
  • L’ajustement de la fondation architecturale au type de sol
  • Le respect des règles mises en place pour la construction parasismique
  • La qualité des matériaux utilisés pour l’édification du bâtiment
  • L’entretien régulier des bâtiments après construction

 

  1. Les portes de haute performance

Au fil des années, et pour pouvoir répondre aux nouvelles exigences de sécurité des bâtiments sur le territoire français, les spécialistes de la construction parasismique n’ont cessé d’innover en créant du matériel de plus en plus efficient. Désormais, ils combinent une multitude de performances et s’adaptent aux situations les plus catastrophiques. 

La société CALCAGNI est devenue ces 15 dernières années, un véritable expert dans le domaine des portes techniques spéciales en acier, en aluminium et en inox, et a développé toute une gamme de portes multi-performances. 

 

Une porte de haute performance assure une protection optimale dans les configurations les plus extrêmes. Grâce à son savoir-faire, la société conçoit toute une gamme de portes capables de résister aux séismes et aux explosions sous-marine. Toutes les portes sont testées ou vérifiées au moyen de logiciels de calcul dynamique adaptés, pour garantir une efficacité indéniable et la plus grande protection possible (pas de projection pendant le séisme, conservation de leurs fonctions, toujours opérationnelles après l’intempérie).